Accueil Société

Caroline Nieberding, biologiste, décrypte le monde de demain: pour sauver la nature, l’homme devra apprendre à se faire léger

Signaux d’alarme au rouge pour la biodiversité mondiale. Et du souci à se faire en Belgique aussi. Les causes et les solutions sont identifiées, détaille la biologiste et écologue Caroline Nieberding (UCLouvain). Qui épingle quelques tabous… Notamment du côté de l’agriculture.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

Un million d’espèces sur les deux millions connues et décrites (et entre 8 et 10 millions présentes sur Terre au total), menacées de disparition. L’état de la biodiversité mondiale est plus que préoccupant. Professeure à l’école de biologie de l’UCLouvain, Caroline Nieberding pointe la responsabilité de l’homme dans cette sixième extinction qui est en cours sur une planète où les habitats naturels ont été profondément bouleversés, principalement par l’agriculture. L’accord trouvé sur la protection de la biodiversité à la mi-décembre (la COP 15 à Montréal) le note aussi, fixant notamment un objectif de réduction de 50 % des risques liés aux pesticides et aux intrants, et l’agroforesterie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Wathelet Michel, mercredi 1 février 2023, 9:00

    Le cerveau humain n'est pas prêt pour cette transition, ou alors il va falloir passer la gestion politique à des gens possédants des connaissances techniques et non de blablas sans fondements. La bêtise va certainement faire et produire un génocide naturel assez important sur la planète par un déplacement des masses vivantes vers un confinement de plus en plus restreint qui ne sera pas sans problème de cohabitation. Alors comme le dit cette professeure ", c’est de l’homme que les solutions viendront, " certainement pas des politiciens de notre époque, il va falloir trouver des personnes plus compétentes dans le domaine de la gestion d'une planète parce qu'on est là aujourd'hui, on a besoin d'un concierge intelligent et ça ne court pas les rues. La population, également, est assez responsable, choisir des dirigeants n'est pas une chose facile et aujourd'hui la grande banalisation politique et d'une pauvreté intellectuelle me fait penser que noter ancêtre des cavernes devait à mon sens être plus intelligent que beaucoup de nos dirigeants aujourd'hui.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs