Accueil Monde Europe

Benoît XVI: l’Eglise a l’éternité (ou presque) pour elle

Joseph Ratzinger n’avait pas osé s’attaquer à la pédocriminalité qui gangrène le clergé. Il restera le théologien brillant d’une Eglise qui accumule les retards sur son temps.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 3 min

Benoît XVI restera le pape de la « renonciation ». En 2013, il avait surpris tout le monde en déclarant n’être plus apte à exercer de façon adéquate son ministère. Il s’était retiré, brisant toutefois le silence en 2020 pour réaffirmer l’importance du célibat sacerdotal, la règle selon laquelle seuls des hommes célibataires peuvent être ordonnés prêtres.

Durant son pontificat, Benoît XVI n’a pas trouvé l’envie, le courage et/ou les soutiens pour débusquer les pervers qui salissent l’Eglise bien qu’il ait identifié ce fléau. Le théologien brillant qu’était Joseph Ratzinger devint ainsi pour une partie de l’opinion le « pape complice » des pédophiles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Otte Gérard, dimanche 1 janvier 2023, 19:58

    L'Eglise peut-être mais sûrement pas Engie !

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs