Accueil Opinions Éditos

Un enfant qui sourit, c’est aussi possible en famille d’accueil

En Wallonie et à Bruxelles, 4.000 enfants sont accueillis dans des familles. Mais les places manquent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 2 min

Un enfant qui sourit. Cet enfant, cela pourrait être le vôtre. Cet enfant, cela pourrait aussi être celui d’un autre. Ils sont environ 7.000 à Bruxelles et en Wallonie à connaître des séparations suite à des décisions de justice ou des problèmes médico-sociaux-psychologiques qui empêchent leurs parents de remplir leur rôle. Ces enfants fragilisés, seuls ou en fratrie, font comme tous les autres. Ils tendent la main pour que l’on s’occupe d’eux. Quatre mille d’entre eux retrouvent ainsi un semblant d’équilibre au sein d’une famille d’accueil. Les autres sont pris en charge dans des institutions, mais ils sont encore 600, dont aujourd’hui 130 bébés de moins d’un an, à se retrouver ballottés d’un endroit à l’autre. Parfois même en danger dans leur propre famille.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs