Accueil Société Régions Bruxelles

Viol d’une étudiante de 21 ans: l’ULB se constitue partie civile

Une jeune femme de 21 ans a été victime d’une agression sexuelle avec viol sur le campus de La Plaine à l’ULB. La rectrice de l’université Annemie Schaus a réagi mercredi en fin de journée, annonçant que l’ULB se constituait partie civile aux côtés de l’étudiante.

Temps de lecture: 2 min

Le mercredi 28 décembre, aux alentours de 20h45, une étudiante de 21 ans a été victime d’une agression sexuelle avec viol sur l’un des campus de l’Université libre de Bruxelles. Les faits se sont produits sur le site de La Plaine où la jeune femme, inscrite en première année de bio-ingénieur, participe habituellement aux travaux pratiques et laboratoires.

Les parents de la victime ont dénoncé cette agression, décrivant le viol comme « particulièrement abject et sordide » et durant « un certain temps sans qu’aucune caméra ne repère le drame et qu’aucun service de gardiennage de l’ULB n’intervienne, et ce malgré les hurlements de la victime durant toute la durée de l’agression ».

De son côté, l’ULB indique que des agents de surveillance assurent au quotidien la sécurité des campus. « Les dispositifs de sécurité sont renforcés lors d’événements », a déclaré la porte-parole Ophélie Boffa. « Tant que l’enquête est en cours, nous ne pouvons donner aucune information complémentaire. »

L’université bruxelloise a, toutefois, décidé de se constituer partie civile aux côtés de la victime. La rectrice dit vouloir mettre tout en œuvre pour que la jeune femme puisse poursuivre son cursus. « Toutes mes pensées vont vers la victime de la terrible agression sexuelle qui a eu lieu il y a quelques jours sur le campus de la Plaine », insiste Annemie Schaus. « Nous l’avons contactée dès que nous avons été avertis de l’agression dont elle a été victime, afin de lui apporter notre aide et lui signifier notre sympathie. Les violences à caractère sexuel sont intolérables. L’université mène depuis plusieurs années une politique volontariste pour les endiguer. Nos campus universitaires doivent être des lieux sûrs pour toutes et tous. »

À lire aussi Viol d’une étudiante de 21 ans: les parents de la victime pointent la responsabilité de l’ULB

 

À lire aussi www.lesoir.be

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Jordan Chantal, jeudi 5 janvier 2023, 10:48

    Le campus de la Plaine est mal éclairé, des gardien.ne.s d'une firme privée y circulent mais peu et très peu à la nuit tombée. Le sentiment d'insécurité pour les femmes y est total. Quant à la crasse, c'est innommable (cannettes, bouteilles...) Tout cela démontre le manque total d'attention des autorités responsables pour ce site et celles et ceux qui les fréquentent. Contraste frappant avec le site voisin de la VUB. Se constituer partie civile pour occulter ses propres responsabilités, ce n'est pas très glorieux. Il vaudrait mieux faire procéder à une analyse des risques, écouter les étudiantes et les promeneuses et prendre des mesures

  • Posté par K M, jeudi 5 janvier 2023, 16:24

    Déjà il y a plus de 30 ans c'était le cas et rien n'a changé malgré différentes affaires. Campus glauque à l'image du terrain vague qu'il était avant d'être un site universitaire. Le Solboch est tout juste un peu mieux. Un gardien qui fait une ronde de temps en temps à la merci également d'un coup de couteau. L'ULB est bien responsable dans cette histoire. Mais elle préfère cacher la poussière sous le tapis.

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 5 janvier 2023, 2:35

    Une partie civile est une personne physique ou morale qui a subi un dommage du fait d'une activité jugée au pénal. Quel dommage a subi l'ULB ? si ce n'est de se faire chambrer pour la sécurité défaillante ? Car sinon, n'importe quel passant fréquentant la Plaine peut geindre qu'il/elle a des dommages psychologiques. Le pis étant ceux qui, recourant à un avocat pro domo (donc mal payé), ne demandent qu'un euro symbolique. Allez faire vos grimaces symboliques ailleurs. À un moment il faut arrêter de déconner, car cela déforce l'institution de la justice.

  • Posté par K M, mercredi 4 janvier 2023, 22:56

    Se constituer partie civile, ce n'est pas prendre ses responsabilités, madame la rectrice. Ces campus universitaires en FWB sont des coupe-gorges. Allez voir aux US, Canada, Australie, ... comment ils sont sécurisés: bornes, patrouilles, éclairages, caméras, police du campus, ... Pas vos belles paroles suivies de rien de concret.

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 6 janvier 2023, 1:03

    Bien dit.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo