Accueil Léna

Pourquoi il ne faut plus dire «Afro-Américain»

L’Université de Stanford a établi une liste de mots « blessants » avec leurs fiches descriptives. Il s’agit de l’un des documents les plus longs jamais établis dans le cadre de la lutte contre le mauvais usage de la langue. Même des expressions qui étaient il y a peu considérées comme hypercorrectes sont désormais problématiques.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Les périodes où circulent des listes reprenant des phénomènes indésirables ne sont jamais des périodes fastes. Certes, il existe une grande différence entre les listes établies par Sylla, les nazis, le sénateur McCarthy ou encore le procureur en chef de Staline, Andreï Ianouarievitch Vychinski, et la liste du département informatique de l’Université de Stanford. Alors que, sur les anciennes listes, figuraient les noms de personnes menacées de mort ou d’interdiction professionnelle, sur cette nouvelle liste, figurent uniquement des termes qualifiés de « harmful » et qui doivent donc être remplacés autant que possible par d’autres mots. Sont par exemple considérés comme potentiellement « blessants » les mots blind study (test à l’aveugle, étude à l’aveugle) ou normal, parce qu’ils sont « validistes » et « discriminatoires », c’est-à-dire qu’ils stigmatisent les personnes ayant un handicap ou une autre couleur de peau.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Dubois Raymond, dimanche 8 janvier 2023, 15:38

    STOP - STOP aux dérives linguistiques - Une manière de nous obliger à " penser " autrement pour le BIEN de tous - Pauvre liberté d'expression - NON AUX INTERDICTIONS -

  • Posté par De Ronde Michel, dimanche 8 janvier 2023, 12:18

    C’est affligeant de bêtise. Assez du « wokisme » et de son aura fabriquée de vertu et de légalité imbéciles !

  • Posté par Fernández de Heredia María, dimanche 8 janvier 2023, 4:48

    Le problème de la correction linguistique est que ca ne cesse jamais, il s agit d’une guerre sans fin pour être le plus vertueux et surtout pour signaler le commun des locuteurs comme des gens inférieurs moral ou intellectuellement. Le fait de changer le mot par exemple “aveugle” pour d’autres expressions non traditionnelles ne change rien au fait qu il y a des gens qui ont perdu la vue. Au lieu de nous embêter avec notre façon traditionnelle et supposément injuste ou blessante de parler, on peut s’intéresser aux aveugles ou autres gens et leurs besoins, ça serait plus pratique.

  • Posté par Demaseure Thierry, samedi 7 janvier 2023, 16:13

    Bien sûr, je condamne tout comportement blessant, mais ces listes sont des aberrations. Bien sûr, il y a une "certaine" logique dans cette auto-proclamée "bien-pensance", mais, comme toute logique poussée jusqu'au bout, on arrive toujours à l'absurde !

  • Posté par Bartet Guy, vendredi 6 janvier 2023, 12:10

    En plus d'être idiotes, ces listes ne disent même pas par quoi remplacer les mots interdits. Par exemple, on ne peut plus dire "afro-américain" (déjà que je trouvais le terme stupide) ni "homme de couleur", ok; et que dit-on alors ? On revient à "noir" ? Même s'ils (n'oublions pas les elles) ont la peau acajou, ébène, café au lait ou n'importe quelle nuance de brun ?

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs