Accueil Planète

La fonte des glaciers est plus grave qu’on ne l’imaginait

Des chercheurs ont affiné les calculs relatifs à la fonte des glaciers. Conclusion : plus de 50 % sont condamnés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Ce n’est un secret pour personne : les glaciers sont en première ligne du changement climatique. Ils fondent sous l’élévation inexorable de la température, leur « recharge » par la neige décroît et, pour corser le tout, la pollution et les poussières qui les assombrissent les rendent plus sensibles au rayonnement solaire. La grande majorité des glaciers terrestres perdent non seulement en surface mais aussi en masse. Selon le dernier rapport du Giec, la perte de masse des glaciers est passée de 200 milliards de tonnes par an en 2000-2009 à 290 Gt/an en 2010-2019. Selon un article paru dans la revue Nature, 1 kg de CO2 rejeté dans l’atmosphère entraîne la fonte d’environ 15 kilos de glace.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Bodart Anne, vendredi 6 janvier 2023, 18:42

    Pff..Il y a des bombardements quotidien en Ukraine, une guerre horrible depuis 20 ans au Congo, 800000 morts par an de la malaria, des régimes qui bafouent les droits humains les plus élémentaires, des enfants qui travaillent dans la mine, des gens qui n'ont pas encore accès à l'eau ni à l'électricité....et j'en passe...non, vraiment, vous n'arriverez pas à me terroriser avec des prévisions de fontes de glaciers basés sur des modèles...

  • Posté par Even Philippe, mardi 10 janvier 2023, 17:16

    A Bodart Anne. oui il y a des problèmes plus important mais vous oubliez que la disparition des glaciers va amener une diminution de l'alimentation en eau des rivières et fleuves. Et la, le problème nous concernera directement... alors se tracasser pour la malaria et autres sera le moindre de nos soucis. Pour exemple : en France, cet été , on a demandé aux agriculteurs et particuliers utilisant l'au de la Durance (alimentée par les glaciers des Alpes) de diminuer de 10% leurs prélèvements d'eau : c'est la première fois que cela arrive (le manque de pluie a sans doute joué mais ce manque existait deja les années précédentes) Certains le disent déja depuis des années : la 3eme guerre mondiale sera celle de la lutte pour l'eau potable

  • Posté par Bodart Anne, dimanche 8 janvier 2023, 23:37

    mr Wauters, toujours cette condescendance.. si ça vous arrange de nous croire assez bête pour ne pas voir les inondations ou la remontée des glacier, tant mieux ( pour info, j'ai moi même subit les inondations et j’ai dû me réfugier dans mon grenier quelque semaines, mais trop bête sans doute pour voir en moi une réfugiée, quelle blonde !) mais faire de cet événement une conséquence du réchauffement n'est qu'un postulat auquel je n’adhère pas ni d'ailleurs une grande part de la communauté scientifique.(la science de l'attribution est toute neuve et encore controversée..même le GIEC l'estime comme très peu probable ). Même construction mentale que de se persuader que les scientifique qui n'y croient pas sont payés par les société pétrolière, Un peu facile comme arguments..Ça permet de balayer et de mépriser toutes opinions différentes...Je respecte que l'on pense différemment, mais je persiste : on peut ne pas croire à l'alarmisme climatique sans être idiot, complotiste , égoïste ou passéiste...et sans se faire insulter...

  • Posté par Wauters Georges, dimanche 8 janvier 2023, 13:01

    Mme Bodart, si vous n avez pas encore vu de réfugiés climatique encore une fois il faut un peu sortir de chez vous. Personnellement j ai plusieurs collègues habitants des régions inondées en 2021, qui ont effectivement dû se réfugier ailleurs pendant des mois. Quant aux plans, le problème c est que depuis le début des années 70 ils convergent tous pour annoncer ce que nous voyons actuellement. Je crois que ça suffit à démontrer leur fiabilité pour l avenir. On ne peut pas en dire autant des plans des pseudos scientifiques payés par les compagnies pétrolières, complexes discrédités mais que vous semblez continuer à croire.

  • Posté par Bodart Anne, samedi 7 janvier 2023, 13:32

    l'article le précise bien,et est bien rédigé au conditionnel ,suivant des scénarios..

Plus de commentaires

Aussi en Planète

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs