Accueil Économie Finances

Salaires, prix de l’eau... les changements majeurs qui auront un impact sur votre portefeuille en 2023

Comme chaque année, de nombreux changements ont lieu en janvier. « Le Soir » en fait le tour.

Temps de lecture: 10 min

En ce début d’année 2023, beaucoup de changements vont impacter les Belges. Le Soir fait le point.

Indexation des salaires

Le salaire des plus de 500.000 Belges qui sont rémunérés selon la commission paritaire pour employés (CP 200) est adapté à l’évolution du coût de la vie à chaque début d’année. L’indexation des salaires qui est appliquée depuis le 1er janvier 2023 a été historiquement élevée. En comparaison, au 1er janvier 2022, l’indexation salariale des employés du privé s’élevait à 3,58 %. Depuis l’introduction de l’indexation annuelle en janvier, 11,08 % est le taux le plus élevé dans le secteur.

Outre la CP 200, d’autres secteurs possèdent un système d’indexation qui prévoit une adaptation annuelle des salaires à l’inflation en début d’année. Les travailleurs de l’industrie alimentaire (10,96 %), du transport routier et logistique pour compte de tiers (10,96 %), de l’horeca (10,96 %), du commerce alimentaire (11,08 %), des assurances (11,1905 %) et de la gestion d’immeubles et des agents immobiliers (11,08 %) par exemple peuvent aussi s’attendre à une adaptation de leur salaire à l’inflation le 1er janvier.

L’inflation a été très prononcée en 2022. L’indice-pivot a été dépassé à cinq reprises en l’espace d’un an. Compte tenu des perspectives du Bureau du plan, le premier dépassement de l’indice-pivot de 2023 est prévu en avril.

La consultation chez le médecin généraliste passe à 30 euros

Le prix de la consultation tant chez les médecins généralistes que chez certains spécialistes grimpera à 30 euros désormais.

Les honoraires de consultation les plus bas vont être valorisés dès l’année prochaine. Le tarif d’une consultation chez le médecin généraliste passera ainsi de 27,25 euros (en 2022) à 30 euros. Ce qui représente une hausse supplémentaire de 0,81 euro en plus de l’indexation de 7,11 %, portant l’augmentation totale à 10 %.

Les consultations de spécialistes tarifées à moins de 30 euros sont également atteint depuis 1er janvier. Quant aux consultations déjà supérieures à ce prix, elles seront également majorées.

Par ailleurs, les honoraires des médecins seront indexés le plus linéairement possible à 7,11 % dont 2 % étaient déjà appliqués l’année dernière.

L’adaptation des barèmes fiscaux augmente les salaires d’au moins 600 euros par an

Les salaires mensuels nets des Belges, tant dans le privé que dans le secteur public, augmenteront au minimum de 50 euros, et donc de 600 euros nets par an, en raison de l’adaptation des barèmes fiscaux et des calculs d’imposition du précompte professionnel, selon les calculs du prestataire de services RH SD Worx.

La formule clé des nouvelles tranches d’imposition s’explique par l’indexation annuelle et l’adaptation des taux d’imposition du précompte professionnel. L’inflation très élevée a entraîné une indexation automatique des salaires par secteur, mais aussi une indexation plus élevée des taux d’imposition. Une plus grande partie du salaire se retrouve alors dans une tranche d’imposition inférieure, ce qui se traduit par un salaire net plus élevé.

En comparaison, il y a deux ans, il n’était question d’une hausse en moyenne que de cinq euros par mois ou 60 euros par an. L’année dernière, c’était environ 240 euros par an.

Cette augmentation, qui diffère selon la situation familiale, est toujours sans compter l’indexation automatique des salaires des secteurs.

À lire aussi Les soldes commencent: de fortes réductions attendues dès ce 3 janvier

Nouvelle hausse de tarifs chez Proximus

Proximus a commencé à appliquer une nouvelle hausse de tarifs de la plupart de ses services, de 4 à 6 % en moyenne depuis ce 1er janvier.

Avant cela, la dernière augmentation de prix chez Proximus datait du 1er mai, lorsque les populaires packs Flex avaient enregistré une hausse mensuelle de 3 à 4 euros. La hausse de janvier sera du même ordre (3 à 4,5 euros par mois) et concernera la plupart des offres combinées.

L’internet fixe va aussi augmenter, de 3 euros pour l’abonnement Maxi à 54,99 euros mensuels, ou 59,99 euros pour la fibre.

Côté mobile, les prix de certains anciens produits vont être relevés, tandis que l’usage de données en ligne et les appels seront plus chers pour les clients prépayés hors offre combinée.

L’usage d’une ligne de téléphone fixe enregistre une hausse mensuelle de 1,5 euro, à 26,13 euros.

Enfin, la marque low cost à bas coût Scarlet n’échappe pas au mouvement. La formule comprenant l’internet illimité passe de 32 à 34 euros par mois, tandis que le pack trio (internet, télévision et ligne fixe) progresse de 2 euros à 42 euros par mois.

L’entreprise justifie ces augmentations par l’inflation, « qui entraîne une hausse significative des coûts en salaires, énergie et appareillage technologique ».

Le prix de l’eau augmente en Wallonie, une première depuis 2014

Le prix de l’eau, qui n’a pas varié depuis 2014, a augmenté en Wallonie depuis 1er janvier. Le gouvernement wallon a répondu favorablement à la demande formulée en ce sens par la société wallonne des eaux (SWDE).

Le « coût vérité distribution » (CVD) – soit les coûts supportés par la société de distribution d’eau pour capter l’eau, la traiter, la stocker et la distribuer à chaque consommateur – passera de 2,62 à 2,80 euros par mètre cube. Ce qui se traduira, pour une consommation moyenne, par une hausse de la facture de 16 euros par an, ou 1,33 euro par mois.

Cette augmentation concerne les 190 communes desservies par la SWDE, sur les 262 de la Région wallonne. L’augmentation est nécessaire pour garantir la modernisation des équipements et l’approvisionnement en eau de la population, selon le gouvernement wallon.

L’intercommunale inBW a également décidé d’augmenter le prix de l’eau dans sa zone, en raison de l’inflation touchant les frais de personnel, de fourniture et de sous-traitance. Elle souligne toutefois que cette majoration est inférieure à l’inflation et qu’elle ne tient pas compte de l’augmentation de la facture énergétique d’inBW. L’impact de cette révision du tarif, pour un ménage moyen de trois personnes consommant 100 m3 d’eau par an, est d’environ 2 euros par mois.

À lire aussi Pourquoi la donne va changer sur le marché immobilier en 2023

Hausse du tarif social pour l’électricité et le gaz

Le tarif social pour l’électricité et le gaz augmente également, respectivement de 7,8 % et 9,7 %, selon les données du régulateur fédéral de l’énergie (Creg).

Le tarif social monohoraire pour l’électricité atteindra, au premier trimestre de 2023, 28,579 cents le KWh (26,510 cents au quatrième trimestre 2022), TVA comprise. Pour le gaz, le montant sera de 3,729 cents le KWh (3,400 cents), TVA comprise.

Environ 2 millions de personnes ont droit à ce tarif réduit et identique chez tous les fournisseurs d’énergie.

Les étudiants autorisés à travailler jusqu’à 600 heures par an

Le nombre maximum d’heures de travail autorisées pour les étudiants, en payant des cotisations sociales réduites et sans perdre les allocations familiales, passe de 475 à 600 par an. La mesure se prolongera au moins jusqu’en 2024.

Les fédérations patronales avaient salué la mesure prise dans le cadre de l’accord budgétaire du gouvernement fédéral pour les années 2023 et 2024, considérée comme cruciale pour les entreprises qui l’utilisent.

Les organisations de jeunesses syndicales ont par contre critiqué une décision qui ne lutte pas contre la précarité étudiante mais « met les jobistes en compétition avec les travailleurs et creuse les inégalités sociales ». Elles plaident plutôt pour la revalorisation du salaire des jobistes afin de leur permettre de se constituer des droits pour le reste de leur carrière et d’accéder à la sécurité sociale.

La réforme notariale réduira de 1.000 euros le coût d’achat d’un logement

Le secteur du notariat bénéficie depuis le 1er janvier d’une révision en profondeur. Les changements englobent une modernisation du métier et une adaptation des tarifs qui entraînera une baisse des coûts pour 98 % des achats de logements, selon le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne.

Concernant les tarifs, les frais de notaire lors de l’achat d’un logement seront fixés à 750 euros et 550 euros respectivement pour l’acte d’achat et l’acte de crédit, alors qu’ils atteignaient facilement 2.000 euros au total. Pour l’acte de crédit, une réduction forfaitaire de 20 % est mise en place sur les frais pour tous les écrits.

Pour un logement médian de 232.500 euros, cela représente une baisse d’environ 1.100 euros des frais de notaire.

La loi de Ventôse de 1803, qui fixe les règles entourant la profession de notaire, est également modifiée afin de moderniser, rajeunir et numériser davantage le métier. Les changements prévoient notamment le statut de notaire adjoint, permettant d’exercer en tant que salarié avec un contrat de travail pour un autre notaire ou une société de notaire, le renforcement du mécanisme de solidarité pour mieux protéger les bureaux situés dans les régions économiquement plus faibles, et davantage de flexibilité pour les stages.

En cas d’excès et d’irrégularités, le nouveau conseil de discipline national (avec une chambre néerlandophone et une francophone) pourra sanctionner, suspendre ou destituer à l’aide d’une procédure plus efficace et professionnelle.

La loi de Ventôse est une « législation archaïque » qui a empêché la modernisation de la profession, le développement des services numériques et le rajeunissement de la profession notariale, considère le ministre de la Justice.

À lire aussi Epargne: où laisser dormir vos sous en 2023?

Le prix des crèches diminue pour les familles monoparentales en Wallonie et à Bruxelles

Le prix des crèches et services d’accueil subventionnés en Fédération Wallonie-Bruxelles diminuera de 30 % pour les parents qui élèvent seuls leur enfant. Ce critère de monoparentalité n’existait pas et complète les dispositions permettant une diminution du prix pour les familles nombreuses.

La facture à partir de janvier sera donc équivalente à 70 % du montant actuel pour les familles monoparentales. « Je ne veux plus que certains parents qui élèvent seuls leur enfant, majoritairement des femmes, doivent choisir entre mettre leur enfant en crèche et payer leurs factures, trouver un travail ou suivre une formation », explique la ministre de l’Enfance Bénédicte Linard.

Le tarif pour la crèche deviendra par ailleurs gratuit pour les personnes bénéficiant du statut BIM (bénéficiaires de l’intervention majorée).

La déductibilité fiscale des frais de carburant limitée à 50 % pour les nouvelles hybrides

La déductibilité fiscale des frais d’essence ou de diesel sera limitée à 50 % pour les nouveaux véhicules hybrides rechargeables commandés après le 1er janvier. L’objectif du gouvernement est de rendre la mobilité plus verte et d’encourager l’utilisation de ces véhicules en mode électrique.

Le régime actuel de déductibilité fiscale continuera cependant à s’appliquer pour les hybrides achetées après le 1er janvier 2023.

Par ailleurs, la réduction d’impôt pour les particuliers et de frais pour les entreprises qui installent des bornes de recharge sera également ajustée l’année prochaine, avec un avantage qui diminue progressivement au fil des ans. Depuis le 1er janvier 2023, la réduction d’impôt passe à 30 % maximum pour les particuliers et, dès le 1er avril, le pourcentage de déduction de frais diminue à 150 % maximum (contre 200 %) pour les entreprises.

La taxe kilométrique indexée en Wallonie

Depuis le 1er janvier, la Wallonie indexe les tarifs pour le prélèvement kilométrique. La dernière indexation sur le territoire wallon remonte au 1er janvier 2022.

Les tarifs s’appliquent à tous les poids lourds, belges et étrangers, d’une masse maximale autorisée (MMA) de plus de 3,5 tonnes ainsi qu’aux véhicules tracteurs de semi-remorques de catégorie N1 portant le code de carrosserie BC.

Le réseau existant ne comprendra pas de nouvelle zone de péage

L’association interrégionale Viapass précise que le logiciel des OBU (On Board Units), les appareils qui enregistrent le nombre de kilomètres parcourus sur les routes à péage, des prestataires de services accrédités pour le prélèvement kilométrique en Belgique sera automatiquement mis à jour, avec les nouveaux tarifs.

Le montant facturé par kilomètre dépend de la région où se situent les routes à péage, de la MMA et de la norme d’émission Euro du véhicule. Plus la norme Euro est élevée et moins la MMA est importante, plus le tarif appliqué par kilomètre parcouru sera avantageux.

La taxe kilométrique a déjà été indexée en Flandre et à Bruxelles le 1er juillet.

À lire aussi «L’indexation des loyers liée au PEB a du sens mais elle va augmenter encore davantage la fracture énergétique»

Une allocation-loyer de 125 euros pour les candidats-locataires en Wallonie

Une allocation-loyer est entrée en vigueur en Wallonie le 1er janvier dernier. Elle permet aux ménages à revenus précaires, inscrits sur liste d’attente pour l’obtention d’un logement social depuis plus de 18 mois et contraints de louer un bien sûr le marché privé, d’obtenir une allocation de 125 euros.

Ce montant sera majoré de 20 euros par enfant à charge, doublé pour les enfants/personnes à charge se trouvant en situation de handicap, avec un maximum de 185 euros par mois.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Ingrid Delestrée, samedi 7 janvier 2023, 20:54

    Mais oui il l'aurais un impact sur notre portefeuille surtout le gens qui ont pas ou pas beaucoup des revenus

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière