Accueil Sports Football Football à l'étranger Euro 2016

Face à la défaite des Diables, «ce n’est pas de la tristesse, c’est de la colère»

« J’étais en colère parce que les Diables rouges avaient toutes les cartes en main et qu’ils ont tout gâché. » La chronique de Bernard Padoan.

Chronique - Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Samedi matin, c’est avec une boule à l’estomac que je me suis levé. Et la lecture de mon journal préféré, à l’heure du petit-déjeuner, n’a rien arrangé. Mon Soir reproduisait les propos rédigés par le WalesOnline, dans l’euphorie de l’historique qualification de l’équipe au dragon : « Absorbez cet instant comme une éponge, les amis. Rappelez-vous où vous êtes, vous raconterez cette histoire dans les années à venir », écrivait le site d’information en ligne gallois. Voyant ma mine sombre, ma femme m’a demandé ce que j’avais. « Je suis triste parce que les Diables ont été éliminés », lui ai-je répondu. « Ce n’est pas de la tristesse, a-t-elle sobrement commenté en déposant une tasse dans le lave-vaisselle. C’est de la colère ».

Elle avait raison (les femmes ont souvent raison, mais ne leur répétez pas…). C’était bien de la colère que je ressentais à cet instant. J’étais en colère parce que la phrase du WalesOnline, c’est moi qui aurais dû l’écrire pour vous. J’étais en colère parce que les Diables rouges (cela inclut Marc Wilmots) avaient toutes les cartes en main (ce n’est pas comme si on leur avait demandé de battre l’Espagne et l’Allemagne) et qu’ils ont tout gâché. J’étais en colère parce qu’ils nous avaient fait une promesse en rentrant du Brésil, il y a deux ans : celle d’encore grandir et de revenir plus forts. Et qu’ils ne l’ont pas tenue. J’étais en colère parce qu’ils nous avaient montré leur vrai niveau face à la Hongrie, bon sang ! Mais j’étais surtout en colère parce que la veille, ils m’avaient contraint à consoler mon fils Hadrien, 11 ans et demi, avec des phrases aussi lénifiantes que « Ce n’est pas grave, ce n’est qu’un match de football » et autres « On fera mieux à la Coupe du monde en Russie en 2018 »  ! J’étais en colère pour tous les Hadrien de Belgique, pour qui l’été 2016 aurait dû ressembler à mon été 1986. J’étais en colère. Et je le suis encore.

Cet article exclusif du Soir+ vous est proposé gratuitement dans le cadre de l’Euro 2016.

À lire aussi COMMENTAIRE | Au seuil critique de la critique, par Frédéric Larsimont À lire aussi Les Diables rouges à l’Euro: les coulisses d’un échec

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par David Delbecq, mardi 5 juillet 2016, 10:17

    Je suis content que mon fils soit trop jeune pour comprendre. Esperons que 2018 ne le decevra pas.

Sur le même sujet

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs