Accueil Police et justice

Prisons: pourquoi une grève est organisée ce mercredi

Cette grève devrait avoir un impact important pour les détenus.

Temps de lecture: 2 min

Une grève de 24 heures a débuté mardi, à 22h, dans les prisons belges. L’action est menée par la CGSP-ACOD, l’ACV-CSC services publics et le SLFP-VSOA, qui demandent une revalorisation des échelles barémiques et un véritable 13e mois pour les plus bas salaires dans les services publics.

La DG EPI estime cependant que les grèves systématiques ont un « impact sévère » sur le fonctionnement interne et le régime des détenus.

« Aucune réquisition d’agents pénitentiaires n’est possible lorsqu’une grève ne dure que 24 heures. Nous devons demander aux policiers d’aider les agents volontaires », explique-t-elle. Plus de 100 policiers auraient été réquisitionnés pour cette grève.

« Les effets se feront certainement sentir »

Les visites sont annulées en raison de la grève et ce sont les enfants qui en pâtiront mercredi, souligne le communiqué. « Les accompagnements individuels et les activités dont les détenus ont besoin pour préparer leur retour dans la société sont également suspendus et l’emploi des détenus dans les ateliers des prisons est interrompu. »

« A long terme, les effets se feront certainement sentir », avertit la Direction générale des Etablissements pénitentiaires. « Les organisations et les employeurs hésitent à poursuivre leur engagement dans les prisons. Or, cela est indispensable pour permettre aux détenus d’effectuer leur peine de manière constructive afin de réintégrer au mieux la société. »

À lire aussi Grève de 24 heures dès mardi soir dans les prisons

Les directeurs des prisons sont découragés par cette nouvelle journée de grève, ajoute la DG. « Nous comprenons et partageons de nombreuses frustrations sur le lieu de travail, mais les grèves freinent les solutions. Par exemple, aucune sélection ou formation du personnel ne peut avoir lieu ces jours-là. »

La ministre fédérale de la Fonction publique, Petra De Sutter (Groen), a déjà fait savoir qu’elle comprenait les raisons de la grève. « Dans le secteur privé, il y a eu des augmentations de salaires au cours des 15 dernières années, pas dans le secteur public. Je comprends que les organisations syndicales veulent donner le signal que la valorisation du travail accompli est importante », a-t-elle déclaré.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Police et justice

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko