Accueil Société

Le secteur du jardinage est au bord de la noyade

Jardineries, entrepreneurs en aménagement ou pépiniéristes tirent un bilan catastrophique de leur printemps. Impossible de travailler la terre gorgée d’eau.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Au milieu de l’imposante serre de sa jardinerie, à Nivelles, Stéphane Van De Weyer analyse pour la énième fois le désastre que lui a fait subir le printemps météorologique pourri. Le rouge, le rose et le jaune se côtoient. Les parfums s’entremêlent. Mais les fleurs annuelles en pot sont encore en nombre alors que les années précédentes, à cette période, la serre est presque vide. « Que ce soit en arbustes, en fleurs ou en plantes, c’est foutu, déplore le commerçant. Je n’ai pas perdu 50 % de mon chiffre mais c’est quand même considérable. Dans un mois, tout sera jeté. Les géraniums, bégonias et tagètes aiment le soleil et elles n’en reçoivent pas. Les pétales et les feuilles brunissent. Avec un temps pareil, les gens n’aiment pas aller dans le jardin. C’est compliqué et désagréable. Même tondre est compliqué, sauf pour les petits robots qui peuvent fonctionner tout le temps. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs