Accueil Belgique Politique

Thomas Dermine: «L’Europe ne nous demande pas une réforme des pensions à la dure»

La Belgique ne demandera pas la libération de la première tranche de financement du plan de relance. Il lui reste deux des vingt objectifs à satisfaire. Dont celui de la soutenabilité sociale et financière du régime des retraites. Le secrétaire d’Etat pour la Relance dédramatise la situation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

Ce vendredi, la Belgique aurait dû introduire une demande auprès de la Commission européenne, afin que celle-ci libère la première tranche (900 millions d’euros) des fonds finançant le plan de relance. Il n’en sera rien : la Belgique ne satisfait pas à tous les objectifs fixés par l’Europe pour octroyer ce montant. Une situation que le secrétaire d’Etat pour la Relance et les Investissements stratégiques, Thomas Dermine (PS), dédramatise.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 13 janvier 2023, 12:36

    L'égalitarisme redistributeur et les discours revendicateurs qui l'alimentent ont pris de plus en plus d'importance au fil du temps. Mais cela freine le dynamisme de tout notre système économique et donc de toute notre société. L'intention peut paraître louable, mais ses effets concrets sont en majorité néfastes, surtout à moyen et long terme. Les seuls véritables gagnants en sont les politiciens qui s'attirent ainsi des électeurs naïfs, mal informés des réalités économiques ou dupés par l'attrait d'avantages à court terme.

  • Posté par Delpierre Bernard, vendredi 13 janvier 2023, 16:01

    On pourrait aussi gloser à l'infini sur le système des prépensions où les victimes des fermetures ou des rationalisations, exemple la Raffinerie tirlemontoise où à Quévy , brugelette, frasnes... les travailleurs de 50 ans et plus ont été visés, bénéficiaires ensuite du chômage plus un complément d'entreprise portant leur revenu à plus de 75% du dernier perçu et ce jusqu'à la pension....La RT étant très riche a même versé à certains dès l'âge de 48 ans 2 années de salaire pour rester à la maison et atteindre le seuil de 50 ans .Ce système généralisé dans les années 90 ( voir Renault , Arcelor, etc a été revu depuis mais le problème de l'amoindrissement du nombre de cotisants lui s'est accru...Or, notre système basé sur la solidarité actifs/pensionnés devrait en tenir compte et à mon sens inciter ces derniers à dépenser dans leur pays leur pension (en grande partie en tout cas) ce qui est évidemment le cas de la majorité d'entre eux , surtout les plus modestes mais comme la solidarité n'est pas à sens unique , comment admettre que ceux qui vivent à l'étranger ( au soleil ..)en totalité ou en grande partie ( certains avec une résidence fixe) et qui ne dépensent rien ou qu'un minimum en Belgique ne soient pas tenus par une cotisation "ad hoc" sur leur pension brute , ce qui ne serait qu'une légère application du principe de solidarité. Ce juste retour ( très modeste toutefois ) surtout pour ceux qui paient de surcroît moins d'impôt sur leur pension à l'étranger qu'en Belgique n'est jamais évoqué que ce soit à gauche ou à droite, ce qui est incompréhensible.... et témoigne du désintérêt des politiciens quand il s'agit de prendre des mesures courageuses.

  • Posté par Moriaux Raymond, vendredi 13 janvier 2023, 13:48

    Et les seuls véritables perdants sont ... ceux qui n'ont cure que d'eux mêmes. Où donc est le temps béni des 80 heures par semaine sans protection sociale d'aucune sorte ? A l'époque, notre économie était vachement dynamique. Même que la Wallonie était 2eme puissance mondiale ! Ou 1ere, je ne sais plus...

  • Posté par Fonder Daniel, vendredi 13 janvier 2023, 10:23

    Pour permettre de travailler plus longtemps, il faut changer les mentalités et se dire que l’on va faire des travaux ou même des métiers différents au cours de la vie et pas s’arrêter à 55 ans pour certains métiers de terrain …

  • Posté par Raspe Eric, vendredi 13 janvier 2023, 15:57

    Ben non fonder, plusieurs de mes connaissances, après 30 ans de carrière dans des multinationales, victimes de leur ingratitude, ont été mises à la retraite. Pas forcément avec des conditions avantageuses. Leur sport favori à ces multinationales, c'est d'ailleurs devenu d'exercer une pression morale telle que leurs travailleurs finissent en burn out. Jackpot pour eux, même plus besoin de conditions de départ favorables. Tout est à la charge des contribuables. A la vue de tes commentaires, peut être as-tu trouvé du travail mais dans quelles conditions. Si tu en changes tellement, la nature de tes commentaires expliquent pourquoi!

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs