Accueil Culture Arts plastiques

«Précieuse», l’exposition des blessures féminines

Du 10 janvier au 9 février 2023, à la maison de la Francité, le volet photographique du projet « Précieuse » prendra place. Une collaboration entre Myriam Essène poétesse et Cécile Quenum photographe, volontairement kitch afin d’apporter légèreté aux thèmes durs du viol, de la fausse couche, des violences conjugales et tant d’autres drames obscurcissant la vie des femmes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Retour en 2020, avant que le covid ne vienne bouleverser nos vies, dans la tête de Myriam Essène, un projet est en train de naître, rapidement elle veut passer à l’action. Quelques semaines plus tard, quinze photos illustrant quinze de ses poèmes issus des recueils Pierre et Précieuse sont exposées aux yeux du public. Des acteurs sont alors engagés pour réciter les poèmes face aux œuvres, une véritable expérience est proposée aux visiteurs, une mise en scène donnant corps à des œuvres ayant une âme. Car c’est là que réside la véritable profondeur des tableaux, dans ce qu’ils représentent et celles qu’ils représentent. Le fond plutôt que la forme. Derrière chaque poème c’est celle de Myriam qui règne. « J’ai été violentée, violée, maîtresse, trompée et j’ai eu une fausse couche, ces histoires, ces poèmes c’est moi et tant d’autres. ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs