Accueil Société Régions Namur-Luxembourg

Garder le cachet des rives du fleuve

Pour l’Association de défense, les menaces de « littoralisation » sont toujours présentes. A Lustin, l’extension du Belvédère prévoit de tripler la volumétrie actuelle.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

La « littoralisation » des bords de Meuse guette-t-elle à nouveau ? Si l’urbanisation « agressive » des rives du fleuve – avec le risque de leur faire prendre des allures de Côte belge – est aujourd’hui moins souvent évoquée qu’à la grande époque des levées de bouclier – même Inter-Evironnement Wallonie s’y était mis en 2010 avec d’autres, tout comme on se souvient aussi du règlement d’urbanisme spécifique pris par la Ville de Namur pour préserver ses villas mosanes –, le danger menacerait toujours. C’est en tout cas l’avis de l’Association de défense des sites et vallées du Namurois (ADSVN) qui tire la sonnette d’alarme en pointant trois projets en Haute-Meuse à Wépion, Lustin et Houx. Trois projets immobiliers introduits dans trois communes différentes (Namur, Profondeville et Yvoir) en moins d’un an.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Namur-Luxembourg

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs