Accueil Léna

L’écrivaine Vivian Gornick: «J’ignore ce que je serais devenue si le féminisme n’avait pas aidé à ouvrir mon univers»

La New-Yorkaise met en pièces les lieux communs du mariage et de l’amour romantique dépeints dans la littérature.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Vivian Gornick connaît un certain phénomène étrange qui, occasionnellement, survient en littérature et dans la vie : une foudroyante reconnaissance tardive. De son point de vue, #MeToo et une nouvelle sensibilité ont poussé les femmes jeunes à se tourner vers celles de sa propre génération, où elles trouvent des référents. The End of the Novel of Love (La fin du roman d’amour, non traduit en français), un ouvrage des années 1990 dans lequel cette autrice déconstruisait le dogme excessif réservé par la littérature au couple, en constitue un exemple. Féministe convaincue, cette New-Yorkaise de 87 ans y détricote les lieux communs de l’amour.

L’amour, tel que nous le connaissions, est-il révolu ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs