Accueil Monde Union européenne

Détention d’Olivier Vandecasteele: le Parlement européen demande des sanctions supplémentaires contre l’Iran

Les eurodéputés demandent par ailleurs à l’Union et à ses Etats membres de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour, notamment, protéger les citoyens de la diaspora iranienne.

Temps de lecture: 2 min

Le Parlement européen a adopté jeudi une résolution condamnant la condamnation du Belge Olivier Vandecasteele par la justice iranienne et demandant sa libération immédiate et inconditionnelle, comme celle d’autres Européens détenus en Iran.

Quelques jours après un rassemblement de milliers de personnes de la diaspora iranienne devant l’hémicycle strasbourgeois (lundi), les eurodéputés appellent l’UE à durcir le ton face à Téhéran, en élargissant ses sanctions et en inscrivant le Corps des gardiens de la révolution islamique sur la liste européenne des organisations terroristes. Il s’agissait d’une des revendications majeures des manifestants, et de l’opposition iranienne en général.

À lire aussi Iran: le sort d’Olivier Vandecasteele suspendu à la décision de la Cour constitutionnelle belge

Les eurodéputés demandent par ailleurs à l’Union et à ses Etats membres de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger les citoyens de la diaspora iranienne, de tirer parti de tous les engagements et contacts avec l’Iran pour aborder la question des droits de l’homme, et de se coordonner dans leurs initiatives diplomatiques, entre autres pour soutenir sur place les personnes « illégalement condamnées et arrêtées ».

Amendement

Le Parlement lui-même n’a pas la compétence de toucher à la liste des individus et organisations terroristes, créée en 2001 et sur laquelle on retrouve par exemple le Hamas et la branche militaire du Hezbollah. Dans la partie « individus » y apparait le nom d’Assadollah Assadi, le diplomate iranien incarcéré en Belgique et dont l’Iran espère obtenir le transfert.

La résolution demande donc aux Etats membres d’ajouter le Corps des gardiens de la révolution islamique et ses forces subsidiaires, y compris la milice paramilitaire Basij et la Force Quds, à la liste des organisations terroristes de l’Union. Mercredi, le Parlement avait fait passer la même demande via un amendement à un texte plus général, le rapport annuel sur la mise en œuvre de la politique étrangère et de sécurité commune. La résolution propose aussi d’interdire tout lien économique ou financier avec des sociétés ou personnes liées au Corps des gardiens de la révolution islamique.

Elle suggère par ailleurs de sanctionner le guide suprême Ali Khamenei, le président Ebrahim Raisi ainsi que les députés iraniens qui ont encouragé la répression et les condamnations à mort de manifestants.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par De Kegel André, jeudi 19 janvier 2023, 19:35

    Oui, c'est compréhensible de la part d'élus qui sont à majorité corrompus. Cela leur donnent une certaine aura. Mais c'est la loi belge qui empêche l'échange de ce personnage contre un terroriste. Il a menti aux iraniens car son voyage n'était pas "humanitaire". L'Iran n'a pas besoin de travailleurs humanitaires. C'est un pays riche. Sa famille a prétendu qu'il ne recevait pas les soins appropriés, oui mais il faisait une grève de la faim... Il doit s'en prendre uniquement à lui même. C'est l'avis de tous ceux qui ont travaillé en Iran. C'est un pays qu'il faut exclure mais il y aura toujours des zozos pour y aller et faire les mariolles. Qu'ils prennent leurs responsabilités.

  • Posté par Debrabander Jean, samedi 21 janvier 2023, 15:47

    Bart a dit ...

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 20 janvier 2023, 13:57

    Tant qu'on croit soi-même à ce qu'on raconte.

  • Posté par K M, jeudi 19 janvier 2023, 16:57

    waouh la pression de ouf!!!

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une