Accueil Opinions Chroniques

«Tableau Delvaux»: Panzeri, Il Traditore, Panzeri le traître

Le quotidien flamand « De Standaard » demande à Béatrice Delvaux de livrer chaque mois un essai qui paraît dans son édition du week-end. « Tableau Delvaux » est la version francophone de cette chronique. Cette semaine : quand on évoque Panzeri et ses promesses d’aveux complets en échange du statut de repenti, on pense à Tommaso Buscetta, le repenti de la mafia palermitaine. À raison ?

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 6 min

Moi je ne me considère pas comme un repenti ». Ces mots-là sont prononcés par Tommaso Buscetta – interprété par Pierfrancesco Favino – dans Le traître, Il Traditore, l’époustouflant film du cinéaste Marco Bellocchio sorti en 2019. L’action se situe au début des années 1980, alors qu’une guerre interne fait rage au sein de Cosa Nostra. Menacé, Tommaso Buscetta, membre important de la mafia palermitaine, se réfugie sous un faux nom au Brésil mais il est arrêté par la police brésilienne, puis extradé en Italie. Sa famille (notamment deux de ses fils) et ses alliés continuant d’être décimés par le clan des Corléonais, il décide de collaborer avec la justice, représentée par le juge Giovanni Falcone.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 22 janvier 2023, 15:40

    Bel exercice de contorsionnisme.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs