Accueil Médias

Spotify annonce la suppression de centaines de postes

La plateforme d’écoute de musique réduit ses effectives de 6 %. Il s’agit d’environ 600 postes supprimés.

Temps de lecture: 2 min

Le numéro un mondial des plateformes audio, le groupe suédois Spotify, a annoncé lundi la suppression de 6 % de ses effectifs, soit près de 600 postes, dernier épisode d’une série de grands licenciements chez les géants du Net pour réduire leurs coûts.

« Durant les prochaines heures, des entretiens individuels vont avoir lieu avec les employés concernés », a déclaré le directeur général et cofondateur du fleuron de la musique en ligne, Daniel Ek, dans un message en ligne.

« Avec le recul, j’ai été trop ambitieux en investissant plus vite que notre croissance de chiffre d’affaires », écrit-il dans un message destiné aux employés. « Pour cette raison, nous réduisons nos effectifs d’environ 6 % à travers le groupe », explique le patron du groupe coté à New York.

Si Spotify a été ponctuellement rentable, le groupe né à Stockholm accuse régulièrement des pertes depuis plusieurs années, malgré une croissance fulgurante du nombre de ses abonnés et une avance sur ses concurrents comme Apple Music.

À lire aussi «J’ai découvert Spotify, ça a changé ma vie!»

« Comme vous le savez, nous avons fait un effort considérable ces derniers mois pour réduire nos coûts, mais ça n’a tout simplement pas été suffisant », a justifié Daniel Ek lundi.

L’annonce de Spotify, qui doit publier ses résultats annuels le 31 janvier, suit une série de plans de licenciements chez les géants mondiaux du net ces dernières semaines, même si ses effectifs sont bien moins importants.

Après des licenciements chez Amazon, Meta et Microsoft, Google a à son tour annoncé samedi 12.000 suppressions de postes dans le monde, soit un peu plus de 6 % de ses effectifs. Microsoft avait lui annoncé mercredi 10.000 licenciements d’ici fin mars.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par FALK Robert, lundi 23 janvier 2023, 18:25

    Tiens, une bonne nouvelle ! Après avoir pillé sans vergogne le talent de dizaines de milliers d'artistes, voici les complices de Daniel Ek qui commencent à être licenciés. C'est un peu comme si le patron d'une plantation exploitant des esclaves décide de commencer à virer les contremaîtres.

Sur le même sujet

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Soirmag Voir les articles de Soirmag