Accueil Culture Livres

La 50e édition du Festival d’Angoulême vers l’infini de la BD et au-delà

Sur la mappemonde du 9e Art, la Mecque a pour nom Angoulême. En un demi-siècle, son festival a bouleversé les codes et ouvert les horizons de la bande dessinée à tous les continents.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 8 min

Fondé en 1973 dans une cité papetière où aucun auteur de bande dessinée n’avait vu le jour, le Festival de bande dessinée d’Angoulême a fait ses péchés de jeunesse dans une aile désaffectée du musée local. A l’époque, les chasseurs de dédicaces étaient à peine 10.000, contre plus de 200.000 aujourd’hui. Le succès de foule s’est dessiné à partir de 1977, quand Hergé a accepté de signer l’affiche du festival. Angoulême s’offrait ainsi une visibilité médiatique internationale et la promesse d’un nouveau statut de capitale mondiale de la bande dessinée. Un demi-siècle plus tard, près d’une centaine d’entreprises, sept écoles de l’image, une Maison des auteurs, une Cité internationale de la bande dessinée et un Musée de la bande dessinée, riche de plus de 8.000 planches originales, sont nés sur les rives de la Charente.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Droit de cuissage

Voici la nouvelle de Gilles Pellerin pour le nouveau numéro de la revue « Marginales ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs