Accueil Opinions Éditos

La justice aboie, le gouvernement belge passe

Pour la Ligue des droits humains, le principe d’Etat de droit est largement bafoué en Belgique.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

En 2016, un arrêt du tribunal avait enjoint au secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken d’accorder un visa à une famille de réfugiés syriens venus d’Alep. Colère noire du principal intéressé refusant de se faire dicter sa politique par un juge, suivie d’une campagne digitale de son parti, la N-VA, martelant : « Pas d’astreintes et pas de juges hors du monde ! » Comment ! Des juges hors du monde ? Des « wereldvreemde rechters » ? A l’époque, l’expression en néerlandais est adoptée par les francophones pour dénoncer une sortie jugée infamante et dangereuse dans un Etat de droit.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 29 janvier 2023, 19:39

    "Rien ne se perd, rien ne se crée ..." (Lavoisier) . La Belgique est un petit pays qui a atteint ses limites capacitaires a pouvoir "recevoir" et "absorber". Vouloir croire que nous avons un "réservoir" infini d’accueil ... n'est que pure démagogie (toujours des mêmes ).

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 25 janvier 2023, 0:04

    Sans rejeter les étrangers ou les immigrés, au contraire même, il faut bien constater que les largesses de la gauche nous ont ruinés, au point de nous rendre incapables d'accueillir correctement les immigrés. Et ce ne sont pas des décisions de justice qui vont nous rendre la richesse gaspillée par la prodigalité de la gauche.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 24 janvier 2023, 21:22

    Le sujet de l'édito de Mme Delvaux est la fragilisation de la démocratie en raison du refus de l'exécutif d'appliquer des décisions de justice. Il est regrettable de ne pas le comprendre, aveuglés par la haine et le rejet des "étrangers".

  • Posté par collin liliane, mercredi 25 janvier 2023, 0:45

    Le bon sens n'a rien à voir avec la haine et c'est en allant à l'encontre de la volonté majoritaire de sa population qu'une démocratie se fragilise.

  • Posté par Raspe Eric, mardi 24 janvier 2023, 22:55

    Et oui madame Petitjean, c'est lamentable. Ce qui l'est encore plus, c'est que ce journal s'abaisse à n'être plus qu'un vulgaire réseau social.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs