Accueil La Une Opinions

Quand les multinationales affichent leurs convictions

Avant M&M’s, des géants comme Nike, Coca-Cola ou Citigroup ont eu à subir des « bad buzz » et des campagnes de boycott.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 3 min

Prompte à dénoncer la cancel culture chez les « libéraux », la droite américaine n’est jamais la dernière à appeler au boycott de sociétés qui embrassent des causes trop progressistes à ses yeux. Ainsi, avant Mars et ses M&M’s (lire ci-dessus), les foudres conservatrices ont frappé des géants de Wall Street comme Nike, Coca-Cola, UPS, Delta Air Lines ou Citigroup.

Ainsi, à l’été 2018, le visage en gros plan, et en noir et blanc, du joueur de football américain Colin Kaepernick fleurit sur les murs des grandes villes, avec le message : « Croyez en quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier » et en dessous, le logo et le slogan de Nike. Depuis deux ans, Kaepernick était sur la touche, après avoir défrayé la chronique en posant un genou à terre lors de l’exécution de l’hymne national d’avant-match, pour protester contre le racisme et violences policières.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs