Accueil Culture Arts plastiques

«Un musée géré d’un téléphone portable»: les employés des Beaux-Arts critiquent leur direction

Absences du directeur, gestion par WhatsApp et SMS, mails laissés sans réponse, signatures en souffrance, gestion à vue… Le personnel des Musées des Beaux-Arts exprime une grogne multiforme, remontant désormais de plusieurs services. Deux enquêtes psychosociales sont programmées.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Burn out, harcèlement, licenciements décrits comme « abusifs », mauvaise gestion… Suite au malaise exprimé en décembre par une partie substantielle du personnel des Musées royaux des Beaux-arts de Belgique (Le Soir du 17 décembre 2022), ce n’est pas une mais deux enquêtes psychosociales qui devraient être réalisées en 2023 au sein des MRBAB.

Pour mémoire, sur base des plaintes de 31 des 176 travailleurs (il y en a davantage aujourd’hui), les syndicats CGSP et CSC avaient demandé début décembre que le service de prévention et de protection au travail de l’administration publique fédérale, Empreva, soit chargé d’une enquête psychosociale concernant le personnel de l’un des trois piliers de l’institution, à savoir la direction opérationnelle « service au public » : communication, événements, médiation, shops, billetterie, réservation, publications, partenariat, etc.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs