Accueil Culture Livres

Festival d’Angoulême: Riad Sattouf, le beau gosse de la bande dessinée

En 2016, le Franco-Syrien avait demandé que son nom soit retiré de la liste des nominés au Grand Prix d’Angoulême, par solidarité avec les autrices qui en étaient exclues. Sept ans plus tard, le Festival a fait la paix avec les créatrices de bande dessinée et lui décerne la récompense suprême.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 6 min

Dessinateur, ce n’est pas un métier, c’est la honte, lui avait dit son père. Trente ans plus tard, Riad Sattouf inscrit son nom en lettres d’or au Panthéon des plus grands auteurs de bande dessinée. Mercredi soir, il a été sacré Grand Prix pour l’ensemble de son œuvre, au 50e Festival international d’Angoulême, la Mecque de la bande dessinée européenne.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs