Accueil Opinions Éditos

Ukraine: des alliés coincés dans des enjeux schizophrènes

Entre la volonté de ne pas rejouer les accords de Munich de 1938 et la crainte d’attiser le conflit, la marge de manœuvre est étroite.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Certains l’avaient « pronostiqué » : à la fin, le chancelier Olaf Scholz rejoindrait pleinement l’accroissement de l’aide militaire à l’Ukraine validé la semaine dernière par les autres pays européens et les Etats-Unis. Comme dans tant d’autres dossiers, l’Allemagne finirait par dire « oui » à l’envoi des fameux chars Leopard et faire ainsi sa part, jugée cruciale, dans le soutien à Kiev. La pression était forte sur le chancelier allemand, exercée de toutes parts – les alliés, les instances européennes, ses propres alliés au gouvernement et une partie de l’opinion publique.

Le « go » allemand est venu ce mercredi et, dans la foulée, les autres pays européens en possession de chars Leopard se sont engagés à livrer ce matériel, tandis que les Américains faisaient de même pour leurs chars Abrams.

Kiev se disait (partiellement) soulagé, Moscou disait, lui, toute sa furie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Martin Roland, jeudi 26 janvier 2023, 13:39

    La russie (et plus encore depuis poutler) n' a jamais respecté aucun accord. Il est donc illusoire (voire contre productif) d'échafauder des négociations de paix avec l'engeance russe. Seules l'attrition combinée avec des offensives musclées seront la solution pour mettre un terme à cette guerre et pour disloquer cet empire slave contre nature où ce sont les régions les plus lointaines non slaves qui paient le plus lourd tribut en vies.

  • Posté par Dupont Albert, jeudi 26 janvier 2023, 14:57

    Mr Roland, c’est tout à fait cela. On voit mal qu’elle escalade VP pourrait promouvoir qui ne soit déjà dans ses plans. La diplomatie ne peut fonctionner que lorsque la Russie sera totalement dépourvue d’options réalistes, ce qu’elle tente déjà d’imposer à l’Ukraine par une guerre de destruction systématique

  • Posté par Martin Roland, jeudi 26 janvier 2023, 13:47

    Otto von Bismarck disait: "il ne faut jamais faire confiance à ce que disent les russes car ils n'y croient même pas eux-mêmes"

  • Posté par Claude Dubois, jeudi 26 janvier 2023, 9:45

    Bientôt Zelensky va demander la bombe atomique pour se défendre. La paix ne viendra pas dans l'escalade guerrière. Même des experts militaires doutent.

  • Posté par STORDIAU Pierre, dimanche 29 janvier 2023, 21:30

    Certains amnésiques oublient qu'avant le "Memorandum de Budapest de 1994" , l'Ukraine AVAIT tout l'arsenal nucléaire! Et que c'est ... pour la paix qu'elle a rendu ses bombes atomiques à la Fed de Russie : on voit ce que cela a produit <Claude Dubois> !

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs