Accueil Monde

Intervention du Royaume-Uni en Irak: le rapport qui accable Tony Blair

Selon le rapport, le Royaume-Uni a envahi l’Irak sans avoir épuisé les options pacifiques et sans préparation suffisante.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le rapport Chilcot sur l’engagement controversé du Royaume-Uni dans la guerre en Irak en 2003, publié mercredi, critique sévèrement l’action de l’ancien Premier ministre Tony Blair et le rôle des services secrets. En voici les principaux points.

Blair au service des Etats-Unis

Le rapport de la commission Chilcot, du nom de son président John Chilcot, dresse un portrait sévère du travailliste Tony Blair, qui était à l’époque à la tête de l’exécutif britannique.

> Le 28 juillet 2002, soit huit mois avant l’invasion de l’Irak, Tony Blair écrit au président américain George Bush pour lui assurer qu’il serait avec lui «quoi qu’il arrive».

> Tony Blair n’a pas non plus «insisté auprès du président Bush pour obtenir des assurances fermes sur les plans américains».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs