Accueil Monde

Ceta: comment Juncker évite le clash avec les capitales

Le Ceta, l’accord de libre-échange avec le Canada, sera bel et bien soumis à la ratification des parlements nationaux. Un fameux duel se profilait à ce sujet entre Commission européenne et Etats membres. Le deal avec Ottawa entrera cependant largement en vigueur « provisoirement » avant le feu vert des élus nationaux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

L’effet du Brexit serait-il passé par là ? Le collège des commissaires européens a en tout cas plié ! La Commission a finalement accepté d’impliquer les parlements nationaux dans le processus d’approbation du Ceta, l’accord de libre-échange avec le Canada (« Comprehensive Economic and Trade Agreement », Ceta). L’équipe Juncker était confrontée à la bronca d’une large frange d’Etats membres. Ceux-là réclamaient ce détour démocratique pour valider l’accord négocié par la Commission au nom des Vingt-Huit et conclu fin 2013, déjà, avec le gouvernement canadien.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs