Accueil Économie

Système de sécurité du rail: un contrat de 500 millions sur la sellette

Le chemin de fer belge subit les retards du fournisseur allemand et menace de rompre un contrat de… 500 millions. SNCB et Infrabel, otages des industriels ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

S i, en décembre, soit avec cinq mois de retard, les tests ne sont pas réussis, le contrat sera rompu. » En théorie, on ne peut pas être plus clair. C’est le message que le CEO d’Infrabel, Luc Lallemand, aurait donné aux directions de Siemens, Belgique et Allemagne réunies, concernant l’évolution du système de sécurité européen pour les trains. Un contenu confirmé en commission parlementaire « sécurité du rail » ce mardi, pour expliquer les potentiels retards que prend le dossier « ETCS » (european train control system), un système de contrôle permanent de la vitesse des trains qui doit équiper l’ensemble du réseau belge d’ici 2023.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Guy LAMBERT, jeudi 7 juillet 2016, 10:54

    Siemens est en retard? Et les compensations financières? Pas prévues?

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs