Accueil Culture Cinéma

Au nom de la bienveillance

Cesc Gay signe avec « Truman » une histoire d’amitié forte, subtile et bouleversante entre deux hommes dont l’un doit affronter l’inévitable

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Cette matinée-là de septembre, dans des bureaux du festival de Toronto, Cesc Gay était loin d’imaginer que son Truman allait rafler quasi toutes les récompenses cinématographiques (Goya, Gaudi…) dans son Espagne natale. Succès amplement justifié pour un film qui sort au mauvais moment (le début des vacances) mais qu’on ne saurait trop que vous conseiller. Pour toute l’humanité qui s’en dégage et bien plus encore.

En quoi « Truman » se différencierait-il de vos précédents films ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs