Accueil Les racines élémentaires

Amélie Nothomb: «J’ai fini par comprendre vraiment que je suis belge»

Amélie Nothomb sort en août son 23e roman. Un par an depuis 1992. Elle nous parle de la Belgique, du Japon, du courrier, des livres des autres et de « Tintin en Amérique ». Grand entretien

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 10 min

A deux pas du cimetière de Montparnasse, à Paris, Albin Michel s’est installé dans une ancienne forge. Amélie y a un bureau, petit et encombré, qui donne sur le patio surmonté d’une verrière. Partout, du courrier et des livres. Au mur, des dessins, des planches de BD, des photos. Elle y arrive tous les matins, vers 8 h 30. En métro. Après avoir écrit pendant quatre heures chez elle. Elle salue le concierge de l’école voisine, qui doit la prendre pour celle de l’éditeur. Elle s’installe, ouvre son courrier, lit, répond. Un devoir accompli quotidiennement avec abnégation et plaisir. C’est là qu’elle nous reçoit.

Vous êtes belge, vous vivez la plupart du temps à Paris, vous avez un appartement à Ixelles, vous vous sentez japonaise. Quelle est votre identité, en fin de compte ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Les racines élémentaires

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs