Accueil Belgique Politique

L’ancien ministre-président wallon et bourgmestre de Liège Jean-Maurice Dehousse est décédé

Né à Liège le 11 octobre 1936, Jean-Maurice Dehousse a exercé de nombreux mandats politiques tout au long de sa carrière. Affilié au PS, il a été député fédéral, sénateur, ministre fédéral ainsi que le premier ministre-président de l’exécutif wallon. Ce militant de gauche s’en est allé à l’âge de 86 ans.

Temps de lecture: 3 min

L’ancien ministre-président wallon et bourgmestre de Liège Jean-Maurice Dehousse (PS) est décédé, a indiqué jeudi Frédéric Daerden, le président de la fédération liégeoise du PS, confirmant des informations de presse.

Né en 1936, Jean-Maurice Dehousse est baigné dès son plus jeune âge dans le Mouvement wallon, dont il deviendra l’une des figures emblématiques. Il peut être considéré comme le tout premier ministre-président wallon.

Bardé de plusieurs diplômes, dont celui de docteur en droit, il entame une carrière académique, notamment à l’Université de Liège où il est délégué syndical du personnel scientifique sous les couleurs de la FGTB aux côtés de Guy Mathot et d’Urbain Destrée.

Affilié au PSB, l’ancien parti socialiste unitaire, il se passionne pour les questions institutionnelles. Il défend notamment la mise sur pied d’un Etat fédéral fondé sur trois Régions.

En 1970, il devient chef de cabinet-adjoint du ministre des Relations communautaires Freddy Terwagne.

Dès l’année suivante, il est élu pour la première fois à la Chambre, et siégera aussi plus tard au Sénat.

RTB en RTBF

Dès 1977, il devient ministre de la Culture française dans les gouvernements de Tindemans, puis de Vanden Boeynants. Il va notamment y actualiser la loi sur les bibliothèques publiques et transforme la RTB en RTBF.

C’est aussi à cette époque que sont signés les accords dits «Dehousse-Persoons» qui établissent des critères solides de répartition budgétaire entre Wallons et Bruxellois francophones pour les matières communautaires.

Dans l’entourage direct d’André Cools et de Guy Spitaels, Jean-Maurice Dehousse est mêlé de près aux difficiles négociations autour des premières réformes de l’Etat.

En 1979, il est désigné membre du gouvernement belge avec le titre de ministre-président de l’Exécutif régional wallon. Dès 1981, il devient ministre wallon de l’Economie et de l’Emploi, avant de devenir ministre-président wallon (1982-1985).

A ce poste, il a notamment à gérer la crise de la sidérurgie wallonne et en amortir les lourdes conséquences sociales.

En 1992, il est aussi ministre de la Politique scientifique dans le premier gouvernement de Jean-Luc Dehaene.

A côté de cette carrière régionale et nationale, il mène un engagement politique local à Liège, sa ville d’origine à laquelle il restera fort attaché.

Elu conseiller communal dès 1976, il devient bourgmestre de la Cité ardente en 1994, fonction qu’il occupe jusqu’à sa démission en 1999 pour devenir député européen jusqu’en 2004.

Orateur aussi tenace que redoutable, il se distingue notamment par sa forte opposition au projet de Constitution européenne.

Après cet épisode européen, il prend sa retraite politique, tout en restant conseiller communal à Liège jusqu’en 2006.

Dans une réaction, le président de la fédération liégeoise du PS a salué jeudi la mémoire, d’"un esprit éclairé, une voix éloquente et un passionné de Liège».

«(Jean-Maurice Dehousse) laissera une trace indélébile dans le coeur de ceux qui l’ont côtoyé, notamment le mien», a commenté Frédéric Daerden.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Aertveld Sophie, jeudi 9 février 2023, 16:47

    Son surnom lors des manifestations étudiantes de 96, c'était Jean-Matraque Dehousse. C'est grâce à lui que très jeune, j'ai compris que le PS était un vrai parti de droite.

Aussi en Politique

Jean-Luc Crucke quitte le MR et rejoint Les Engagés

Très en froid avec le président du MR, l’ex-ministre wallon quitte le parti libéral et rallie celui de Maxime Prévot. Il en devient le vice-président national, en charge des questions d’énergie et de climat. Il siégera désormais comme député wallon et de la Communauté française pour Les Engagés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une