Accueil Sports Football Football à l'étranger Euro 2016

C’est l’Euro d’Antoine Griezmann

Le doublé du Mâconnais ouvre la voie de la finale et venge la France du traumatisme de Séville.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Il y avait Séville, il y aura désormais Marseille, où la France a battu l’Allemagne, en compétition officielle, pour la première fois depuis 1958. Elle efface ainsi donc les échecs de 1982, 1986 2014, et terrasse son éternelle bête noire.

Séville, reparlons-en : aucun des internationaux français actuels, qui n’avaient que ce nom de ville à la bouche ces derniers jours, n’a connu ce fameux match qui avait vu les Bleus mener 3-1 en prolongation avant de se faire rejoindre, et de perdre aux tirs au but, en demi-finale du Mondial 1982. Une étude démographique réalisée cette semaine indique d’ailleurs que… 47 % des Français d’aujourd’hui n’étaient pas nés, le 8 juillet 1982. Pourtant, c’est tout un peuple qui se sent réhabilité, après avoir découvert le « drame » par la tradition orale et visuelle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Pierre Rahier, vendredi 8 juillet 2016, 14:30

    "...juste avant que la défense teutonne concède un corner ..." : Péj. Allemand, germanique (cit. 3). Les Teutons. (extrait du Grand Robert électronique) Péj. = péjoratif. Zéro pointé au journaliste pour le choix de l'adjectif !

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs