Accueil Les racines élémentaires

Hakima Darhmouch: «Je ne suis pas une icône ni un symbole, juste une brune au teint hâlé»

Hakima Darhmouch présente chaque soir ou presque le JT de RTL. Devant 800.000 spectateurs. Elle le dit très clairement et les remercie: ce sont ses parents qui l’ont façonnée. Mais son désir d’autonomie et sa volonté d’y arriver sont du pur Hakima.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 11 min

Il faut être anachorète retiré dans les plus profondes des forêts d’Ardenne pour ne pas connaître Hakima Darhmouch. Tous les soirs, ou quasi, elle s’invite dans les foyers belges francophones et rencontre 800.000 personnes en moyenne par l’intermédiaire de la petite lucarne de la télévision. A 19 heures, elle présente le journal télévisé de RTL-TVI. Simple et juste, souriante. Elle pourrait se prendre pour une star mais ce n’est pas son style. Hakima Darhmouch, c’est la simplicité. On lui demande par téléphone de participer à cette série d’entretiens de vacances sur les racines élémentaires, c’est oui d’emblée. Elle donne rendez-vous à la librairie Filigranes, à Bruxelles. Un lieu qu’elle aime beaucoup. « Il allie à la fois la culture, les écrits, l’histoire des uns et des autres, dans une atmosphère colorée en plein cœur de Bruxelles. C’est un endroit paisible et agréable. Je peux y passer des heures. J’adore. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Michel-Julien Renette, samedi 16 juillet 2016, 11:09

    Quel parcours magnifique et avec quelle classe! Continuez à nous enchanter.

Aussi en Les racines élémentaires

Grand format Les Racines élémentaires de David Hockney: «J’ai toujours su que je devais quitter Bradford»

David Hockney nous ouvre les portes de son légendaire refuge normand, où il s’est réinventé durant la pandémie. Le grand maître britannique nous raconte ses jeunes années, sa passion pour les arts, son envol vers New York et Los Angeles, son retour vers le Yorkshire natal… A près de 85 ans, Hockney fume, peint, s’amuse. Et savoure le temps qui reste, « ici et maintenant »

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs