Accueil Société

La police enquête sur une fuite de données dans un centre de protection de la jeunesse

Des éducateurs de l’IPPJ de Braine-le-Château ont publié sur les réseaux sociaux des données confidentielles concernant d’autres membres du personnel. La police est descendue sur place. L’administration a mis à pied les auteurs présumés.

Info « Le Soir » - Temps de lecture: 2 min

Des enquêteurs de la PJF (police judiciaire fédérale) se sont rendus ce mardi dans l’institution publique de protection de la jeunesse (IPPJ) de Braine-le-Château afin de récupérer du matériel informatique, a appris Le Soir. « Il semble en effet qu’un incident informatique ait eu lieu », confirme le cabinet de la ministre de l’Aide à la jeunesse, Valérie Glatigny (MR).

« L’incident informatique » en question concernerait une fuite de documents confidentiels (notamment des évaluations de membres du personnel), normalement conservés sur un serveur sécurisé. Certains de ces documents auraient ensuite été publiés sur les réseaux sociaux par des agents de l’institution. « Le serveur normalement réservé à la direction de l’établissement a été accessible au personnel, qui ne s’est pas gêné pour faire fuiter des informations sur les réseaux sociaux », nous résume une source bien informée.

A la suite de la crainte d’une fuite de données, une plainte a été déposée. « Ce qui explique la venue de la PJF », nous a détaillé Magali Raes, responsable presse du parquet du Brabant-Wallon.

Sur les réseaux sociaux, les posts en question ont désormais disparu. « Il faut souligner que, selon nos informations, la fuite ne concerne pas les données des jeunes, mais bien des données internes au personnel », commente le porte-parole de la ministre.

« L’administration de l’aide à la jeunesse », poursuit-il, « a estimé nécessaire de prendre une mesure administrative temporaire à l’encontre de trois personnes, dans l’attente de l’instruction plus précise du dossier. » Trois éducateurs ont ainsi été mis à pied. Un rapport circonstancié du déroulé des événements a été demandé par la ministre Glatigny.

De leur côté, la police et la justice mènent l’enquête sur ces événements. Contactée par Le Soir, la direction de l’institution en question n’a pas souhaité réagir.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Société

Une édition noir jaune bouche du guide «Fooding» en juin

Le guide défricheur de tendances et de bonnes adresses gourmandes s’apprête à sortir sa première édition belge. Il recensera les meilleurs fritkots et kebabs, mais aussi les commerces de bouche incontournables et les restos les plus sympas aux quatre coins du pays. Sans oublier des articles de fond sur les spécificités gourmandes de la Belgique.

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko