Accueil Économie

La France demande à Barroso de «renoncer» à travailler pour Goldman Sachs

L’ancien président de la Commission européenne a été engagé par la banque d’affaires américaine pour la conseiller dans le contexte du départ annoncé du Royaume-Uni de l’UE.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

La France a demandé «  solennellement  » mercredi à l’ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso de «  renoncer  » à travailler pour la banque Goldman Sachs, et à Bruxelles de changer ses règles applicables aux anciens commissaires.

«  M. Barroso fait le lit des anti-européens. Je l’appelle donc solennellement à renoncer à ce poste  », a déclaré le secrétaire d’Etat aux affaires européennes Harlem Désir devant les députés français.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Gérard VIGNERON, mercredi 13 juillet 2016, 21:49

    Encore une raison de plus qui fait que les citoyens EU ne croient plus en cette Europe!!

  • Posté par DUMONT GERARD, mercredi 13 juillet 2016, 18:07

    On est en droit de se demander à partir de maintenant, quel a été le rôle de Barroso dans la préparation du Brexit pendant tout le temps qu'il a présidé la Commission avec une médiocrité proverbiale ?

  • Posté par Alain Monsieur, mercredi 13 juillet 2016, 18:42

    Il n'y aura pas de commission d'enquête parlementaire européenne à ce sujet. Je ne pense pas que cette compétence leur ait été octroyée. Quel dommage !

  • Posté par Alain Monsieur, mercredi 13 juillet 2016, 17:44

    Un peu de fraîcheur fait du bien, merci Monsieur Harlem Désir. Pourtant, Barroso ne fait pas le lit des anti-européens mais des anti-Europe. A ne pas confondre! On peut être un activiste pro-européen tout en rejetant l'Europe, enfin ce truc poly-céphale hyper-choyé qui se préoccupe si peu des européens et tellement du commerce, des finances et de lui-même.

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs