Accueil Opinions Éditos

Les «petits juges»,VRP de la justice, sacrifiés

La Justice, pour être socialement – et donc durablement — rentable ne peut être économe à l’excès et ne compter que les centimes gagnés sur l’équité rognée.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

La suppression de la fonction du juge d’instruction recommandée par les experts de la commission de Réforme de la procédure pénale représente, si elle se concrétise, un gribouillage de l’imagerie judiciaire, tant ce magistrat incarne, à raison ou à l’excès, cette impartialité qui est la condition même de l’exercice de la Justice. Napoléon, qui le mit au cœur du système judiciaire dans son code de 1808, disait qu’il était «  le personnage le plus puissant de l’Etat ». On le qualifia de « petit » lorsqu’il s’érigea face aux puissants. Ou de « shérif » lorsqu’il donna des coups de pied dans des forteresses financières réputées imprenables. On en fit un « chevalier blanc » lorsque lui fut attribuée l’arrestation de Dutroux. Il est « l’Ami du peuple » lorsqu’il met à jour les prébendes de politiques. Le juge d’instruction est le VRP de la Justice.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs