Accueil La Une Économie

La Commission européenne accuse une nouvelle fois Google d’abus de position dominante

Google est désormais visé par l’UE par trois enquêtes parallèles pour abus de position dominante.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

La Commission européenne a lancé jeudi une nouvelle offensive contre le géant américain Google, l’accusant encore une fois d’abus de position dominante.

L’exécutif européen a adressé à Google deux « communications des griefs » – l’équivalent d’un acte d’accusation dans le jargon bruxellois –, pour pratiques anticoncurrentielles, l’une concernant ses pratiques publicitaires, l’autre son service de comparaison de prix.

Dans le premier cas, la Commission «  a informé Google, dans une communication des griefs, de son avis préliminaire selon lequel l’entreprise a abusé de sa position dominante en limitant artificiellement la possibilité, pour les sites web tiers, d’afficher les publicités contextuelles émanant de concurrents de Google  ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Fernand Stenuit, jeudi 14 juillet 2016, 22:51

    Eh, l' AFP , votre remarque de" jargon Bruxellois " est totalement déplacée . Nous savons aussi bien que vous qu'un "acte d'accusation" est différent d'une "communication des griefs" . Votre role est d'informer , et pas de "snober"

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs