Accueil Culture Scènes

Après l’attentat à Nice, le Festival d’Avignon continue: «Un geste de résistance»

Vendredi matin, dans toute la région, les gens ne parlent que de cela. Froome et sa course à pied, en «Une» de tous les journaux, sont déjà oubliés.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 4 min

Jeudi soir en Avignon. A l'entrée de la Cour d'Honneur, on fait la file comme chaque soir pendant plusieurs dizaines de minutes pour satisfaire aux consignes de sécurité. Plus encore que les soirs précédents. On comprend pourquoi en voyant quelques jeunes qui manifestent contre la loi travail et interpellent le public, souhaitant à chacun une bonne soirée en compagnie de François Hollande.

Le président doit en effet assister à la représentation des Damnés, le spectacle de la Comédie-Française mis en scène par notre compatriote ivo Van Hove. Il fait froid et le vent souffle dans la Cour tandis que les spectateurs s'installent. Au bout de longues minutes d'attente, certains commencent à s'impatienter et tapent dans les mains pour que le spectacle commence. Apparemment, on attend le Président et celui-ci n'arrive pas. Quelques minutes encore puis la représentation démarre sans lui.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs