Accueil La Une Monde

Attachée à ses traditions nomades, la Mongolie cherche sa voie vers l’avenir

Hôte les 15-16 juillet du sommet Asie-Europe (Asem), l’immense pays enclavé entre Chine et Russie peine à se construire une nouvelle économie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Six cents moutons et chèvres, 200 vaches, 50 yaks, une centaine de chevaux. Un poêle, des panneaux solaires, une antenne parabolique. Quelques vieux meubles en bois peint et plusieurs matelas. Des collections de photos mêlées aux médailles d’équitation. Ustensiles de cuisine, vaisselles, brosses à dents et cahiers d’école. Sous leur yourte entourée du bétail, ce couple et ses trois enfants ont tout le nécessaire.

Comme la moitié des trois millions de Mongols, cette famille nomade parcourt la steppe. En quête permanente de pâturage frais pour les troupeaux, elle monte et démonte plus de quatre fois par an la tente. Elle vit modestement mais n’est pas pauvre pour autant, heureuse de partager avec les visiteurs son koumys, ce petit-lait au goût piquant si particulier. La traite se fait à la main, assis sur un tabouret en bois. Et la bouse de vache est précieusement conservée en combustible. Petits et semi-sauvages, les chevaux sont omniprésents, attachés à une corde ou galopant autour de la yourte.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs