Accueil Monde France

Gilles Kepel: «Daesh ne prend même plus la peine d’envoyer ses hommes en mission»

Pour l’auteur de « Terreur dans l’Hexagone. Genèse du djihad français », le groupe terroriste se contente d’individus imbibés de son idéologie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Pour le chercheur, professeur à Sciences Po Paris et auteur de « Terreur dans l’Hexagone. Genèse du djihad français », l’organisation terroriste n’a plus besoin de commanditer des attentats. Des électrons libres réalisent ses objectifs.

Comment Daesh observe-t-il ce qui se passe depuis trois jours en France ?

Cet attentat produit le double effet recherché par Daesh : l’efficacité d’une grande réussite opérationnelle et un effet de sidération dans la population. Daesh, dans la logique de ce que j’appelle « le djihadisme de 3e génération », récupère ainsi le bénéfice de toute l’opération.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs