Accueil Monde France

Huée et surenchère politique après l’attentat de Nice

Durant la minute de silence sur la Promenade des Anglais à Nice, le Premier ministre Manuel Valls et d’autres élus nationaux et locaux se sont fait huer par la population réclamant leur démission. La désunion nationale règne alors que la campagne présidentielle semble déjà avoir démarré.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Ce devait être une cérémonie de recueillement et d’hommage aux victimes de l’attentat commis lors du 14 juillet à Nice. Elle s’est terminée en bronca contre l’exécutif français. Lundi à midi, le premier ministre Manuel Valls, d’autres membres du gouvernement ainsi que nombre d’élus locaux se rendent en cortège sur la Promenade des Anglais pour assister à la minute de silence consacrée au souvenir des 84 personnes tuées par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. C’est alors qu’une partie de la foule a lancé des huées à l’endroit du gouvernement, accompagnées de cris hostiles : « Démission », « assassins ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par TANGHE MICHEL, mardi 19 juillet 2016, 22:29

    Nicolas a perdu le mode d'emploi de son Karcher, mais il a surtout perdu la confiance des électeurs. Qu'il se console, tous les politiciens sont dans le même cas de figure...

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs