Accueil La Une Monde

Putsch manqué en Turquie: les chiffres fous de la purge de Erdogan

Au moins 45.000 personnes ont été licenciées ou suspendues de leur fonction par le gouvernement turc depuis la tentative de coup d’Etat qui a surpris la république vendredi.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

La purge des éléments perçus comme moins loyaux au Président Recep Tayip Erdogan (AKP) s’est étendue aux enseignants, aux doyens d’université et aux médias. Le gouvernement turc estime qu’ils sont sous la coupe du prédicateur Fethullah Gülen, basé aux USA et accusé d’être derrière le putsch.

Médias muselés

Les médias turcs ont annoncé que 15.200 enseignants avaient été licenciés et 1.577 doyens d’université poussés à démissionner. En outre, 8.777 fonctionnaires du ministère de l’Intérieur ont été remerciés de même que 1.500 au ministère des Finances, et 257 autres au sein des cabinets attachés au Premier ministre. Enfin, les licences octroyées à 24 chaînes de radio et de télévision ont été retirées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Myriam Perick, mercredi 20 juillet 2016, 18:07

    Les nazis avaient au moins le courage de leurs actes et n'organisaient pas un coup d'état pour "nettoyer" le pays de tout qui pouvait avoir des pensées contraires à celles prônées par le régime. Quelques heures après le "putsh" 1500 personnes étaient mises sous bonne garde, quatre jours plus tard, on en est à 50.000! Les listes devaient être prètes depuis longtemps! Y aurait-il encore un homme (ou une femme) politique européen qui oserait appuyer leur entrée dans l'Europe?

  • Posté par Alain Monsieur, mercredi 20 juillet 2016, 12:15

    Bon, nous avons toujours un parlementaire belge présent en vacances dans sa famille en Turquie et qui louait, il y a à peine deux ou trois jours, la maturité démocratique du peuple turc. Est-il toujours du même avis ?

  • Posté par Jean wilmes, mercredi 20 juillet 2016, 14:10

    S il change d avis ce ne sera surement pas maintenant,il a peut etre envie de revenir en Belgique

  • Posté par DECONINCK, mercredi 20 juillet 2016, 11:15

    Les actions du régime turc répondent parfaitement à la définition du fascisme: "Le fascisme est un système politique autoritaire qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d'un idéal collectif suprême. À la fois révolutionnaire et conservateur, il s'oppose frontalement à la démocratie parlementaire et à l'État libéral garant des droits individuels." A quand un grand mouvement international et politique pour condamner et sanctionner cette dérive?

  • Posté par Frans Lespagnard, mercredi 20 juillet 2016, 9:39

    Il faudra donc une lecture révisionniste des premiers articles de la presse dont le soir sur la nécessité de s'unir face à la menace d'une dictature militaire....Les propos de certains élus d'origine turque laissent un goût amer mais parfaitement prévisible !

Plus de commentaires

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs