Accueil La Une Monde

Un putsch raté et beaucoup de questions

Les déclarations officielles, les récits de témoins et les premières auditions de suspects dessinent peu à peu le récit de la nuit du 15 au 16 juillet. Mais de nombreuses zones d’ombre persistent, et non des moindres.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Ankara, le 15 juillet, un peu avant 16 heures : Hakan Fidan, le chef des services secrets turcs (MIT), est informé de l’imminence d’une tentative de putsch. Des mouvements inhabituels agitent la garnison de Güvercinlik, siège du commandement de l’aviation de l’Armée de terre. Il téléphone immédiatement au chef d’état-major, le général Hulusi Akar. Ce dernier réunit son adjoint, le général Yasar Güler, et le chef de l’Armée de terre, le général Salih Zeki Çolak. Toutes les forces aériennes reçoivent l’ordre suivant : aucun hélicoptère ou avion militaire ne doit décoller de sa base ; les appareils en vol doivent rentrer immédiatement. Selon l’état-major, à 19h26, toutes les bases ont été prévenues. L’instruction est répétée entre 19h56 et 20h31.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs