Accueil Société

Médias : comment (bien) parler de l’urgence climatique ?

Les questions de durabilité et de transition sont de plus en plus présentes dans les médias. Dans les rédactions et les écoles de journalisme, la manière d’appréhender ces thématiques est en pleine évolution. Et c’est également le cas au « Soir », où s’installe un pôle « Planète ». Article réservé aux abonnés
Par Michel De Muelenaere, Gil Durand
Temps de lecture: 2 min

La crise climatique s’accélère et la question de la transition s’invite dans les médias. Ces derniers l’ont bien compris mais ne sont néanmoins pas épargnés par la critique : trop peu présents ou, au contraire, trop militants. Alors, comment (bien) parler des changements climatiques et de leurs conséquences ?

En Belgique, plusieurs académiques ont appelé les médias « à mener en leur sein une réflexion radicale et globale sur la manière d’aborder les enjeux et questions relatives au climat et à la biodiversité ». Un message (en partie) entendu dans les rédactions, notamment au Soir. Un pôle Planète avec sept journalistes a été créé pour traiter l’environnement, la mobilité ou l’énergie de manière globale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par SIMON François, lundi 29 mai 2023, 12:47

    On peut s'inspirer de la politique éditoriale du Guardian, qui a mis ce défi majeur à sa place dans ses colonnes.

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 28 mai 2023, 9:38

    Il n'y a pas "d'urgence climatique", c'est de la propagande! Le climat est ce qu'il a toujours été : changeant! Il y a, par contre, urgence à cesser de jeter l'argent par la fenêtre (là aussi, à la garder plus souvent fermée et bien isolée ! ;-) ) dans des usines à gaz (Emission Trading, etc ...) qui ne profitent qu'aux charlatans pastèques qui cherchent à nous faire peur! Il y a urgence à utiliser cet argent pour parer aux insuffisances dans notre protection contre les évènements météorologiques extrêmes révélées par les derniers épisodes! Blâmer et tenter de contrer la nature est stupide! C'est de notre côté qu'il faut agir, comme l'ont fait les Néerlandais avec leur plan Delta après les inondations catastrophiques de la fin des années cinquante ... Il faut collecter les informations correctes auprès des populations exposées plutôt que se baser sur des "modèles mathématiques" ou autres imparfaits, et ensuite adapter les protections. Il faut ne pas s'exposer inutilement, ce qui implique de contrer la spéculation immobilière. Il faut planter des millions d'arbres et inverser l'artificialisation croissante des sols afin de favoriser l'infiltration et prévenir la sécheresse, et afin de protéger notre bien le plus précieux, la ressource en eau.

  • Posté par Wauters Georges, dimanche 28 mai 2023, 17:18

    M Weisenberg, vous dites tout et son contraire. Le climat n a jamais changé au rythme actuel et ceux que vous traitez de charlatans, c est la quasi intégralité de la communauté scientifique. Vous dites vous même qu il ne sert à rien de contrer la nature mais citez le plan Delta, en cours de renforcement à coût de milliards et qui devra être revu et revu encore si on ne s attaque pas à la source du problème. Source qui n est pas la nature mais notre influence néfaste sur elle. Quant à notre ressource précieuse qu est l eau, allez en parler aux millions d agriculteurs qui vivent grâce à la fonte estivale des glaciers. Dans quelques dizaines d années la plupart de ces glaciers auront totalement fondus et avec eux la ressource en eau. Allez en parler aux agriculteurs de la plaine du Po.

  • Posté par Bodart Anne, mardi 23 mai 2023, 17:59

    Ne serait il pas plus intelligent de donner une formation plus scientifique et moins idéologiques à nos journalistes ? Au vu des exagérations catastrophistes systématiques, des confusions régulières entre météo et climat, une rhétorique qui frise souvent la manipulation intellectuelle, je n'ai pas l'impression que ceux çi ne soit pas assez investi pour le climat..

  • Posté par Wauters Georges, dimanche 28 mai 2023, 17:44

    Bonne idée pour la formation scientifique qui est d ailleurs mentionnée à plusieurs reprises dans l article. Ça ne pourra en effet que renforcer la clarté du propos et mieux relayer encore l urgence que souligne le giec et toute la communauté scientifique

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs