Accueil Monde France

Attentat à Nice: la justice demande de détruire 24h de vidéosurveillance

La justice française entend éviter la diffusion non contrôlée des images de l’attentat.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

La sous-direction antiterroriste (SDAT), un service de police judiciaire français, a demandé à la section qui gère la vidéosurveillance de la mairie de Nice de détruire près de 24 heures d’images en rapport avec l’attentat perpétré le 14 juillet dernier afin d’éviter la diffusion non contrôlée de ces images, rapporte jeudi le quotidien français Le Figaro.

La SDAT demande ainsi que les 24 heures d’images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l’attentat soient complètement effacées, selon Le Figaro.

Une information confirmée par le parquet de Paris, qui précise au quotidien que «  cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images  ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs