Accueil Opinions Éditos

Un gouvernement qui prête le flanc à la critique

La rentrée s’annonce difficile pour le gouvernement Michel. Outre la colère des syndicats, la majorité elle-même est divisée. L’édito de Véronique Lamquin.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

La moindre critique à l’égard du gouvernement Michel vaut aussitôt à son auteur(e) le reproche d’être un suppôt de la gauche, pire, un affidé du boulevard de l’Empereur. En cette rentrée, synonyme de bonnes résolutions, le Seize serait pourtant été bien inspiré de balayer devant sa porte.

Syndicats et partis d’opposition, à la peine pour remobiliser autour de leurs discours, ont retrouvé un os à ronger : le tax shift. Et pour cause ! Charles Michel a certes tenu sa promesse en bouclant le grand œuvre de la législature, la réforme fiscale. Son ambition était triple : favoriser la création d’emplois, rendre du pouvoir d’achat aux travailleurs, assurer une plus grande justice fiscale. Pari tenu, triomphait le gouvernement au creux de l’été. Mais il est vite apparu que les projets fiscaux et budgétaires n’étaient encore que de timides ébauches.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs