Accueil Société

Comment une expertise ADN met un terme aux théories du complot sur la mort d’Albert Ier

Le Roi Albert I est bien mort, le 17 février 1934, d’une chute depuis les rochers de Marche-les-Dames dont il avait entrepris l’ascension en solitaire, révèle une étude ADN conduite par la KUL, en collaboration avec le généticien gantois Dieter Deforce.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

«   L’authenticité des traces de sang confirme la version officielle de sa mort et réfute la théorie du complot  », estime le généticien Marleen Musereau. Des « complotistes » affirmaient déjà que le Roi avait été tué à un autre endroit et que le « crime » avait été maquillé en accident. Ces rumeurs anciennes démontrent que les théories du complot ne sont pas propres à l’internet ou aux réseaux sociaux : en 1934, déjà, la stupéfaction face à ce « décès impossible » du Roi Chevalier avait ouvert les vannes de toutes les spéculations.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, mardi 26 juillet 2016, 17:55

    Je ne vois pas en quoi la théorie qui voudrait que ce ne soit pas un accident mais qu'il ait été poussé ne soit plus valable parce que le sang retrouvé sur des feuilles est bien celui du roi.

  • Posté par Ghesquière Michel, mercredi 27 juillet 2016, 13:16

    A Lambert Guy: je me faisais la même réflexion. De plus, rien n'indique que la feuille retrouvée provenait bien de l'endroit de la chute.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs