Accueil Société

Les poissonniers, une espèce menacée

Comme d’autres commerces spécialisés, les poissonniers se font de plus en plus rares. Mais leurs précieux conseils assurent leur survie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

I l n’est pas frais mon poisson ?, s’indigne Ordralfabetix dans les albums d’Asterix. Le manque de fraîcheur des arrivages n’explique pas le déclin du nombre de poissonneries dans les villes et villages de Gaule. La raison de cette disparition progressive viendrait plutôt de la concurrence des grandes surfaces et des choix du consommateur qui privilégie par facilité les barquettes de frigolite ou les poissons surgelés.

Une ville comme Namur n’aura bientôt plus de poissonnerie, le patron de la poissonnerie-restaurant Les Embruns n’ayant pas trouvé de repreneur pour le remplacer après 45 ans d’activité. Comme à Wavre, les consommateurs devront désormais se tourner vers les marchés ou les supermarchés pour trouver du poisson. A Liège, six poissonniers subsistent, tandis qu’à Bruxelles ils sont plus nombreux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs