Accueil Société

Brieuc Wathelet: «Il faut s’enlever de la tête l’idée que la FEF est infestée d’extrémistes»

Le président sortant de la FEF corrige la réputation de son organisation et tacle le système politique.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 6 min

Le jeune homme a des allures de beau-fils idéal. Un master de droit en cours d’acquisition, une capacité d’analyse inédite à cet âge, un regard aiguisé sur les problèmes du moment et, in fine, la possibilité de « tutoyer » les grands du petit monde de l’enseignement supérieur. Brieuc Wathelet, 23 ans, président sortant de la Fédération des étudiants francophones – le principal syndicat étudiant en Fédération Wallonie Bruxelles – a bataillé son année durant avec les ministres, recteurs, directeurs-présidents de hautes écoles… A l’heure de céder le flambeau (le 1er  août) à Maxime Mori, il se livre au Soir.

La présidence de la FEF, c’est souvent une année d’étude sacrifiée. Au nom de quoi ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs