Accueil Sciences et santé

Macula: l’Avastin imposé par l’État français

En France, un médicament contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge, 80 fois moins cher, est autorisé contre l’avis de son producteur. En Belgique, la ministre préfère négocier des ristournes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

C’est une première historique : la ministre de la santé française a décidé de rembourser un médicament efficace contre une grave maladie des yeux, mais contre l’avis du producteur du médicament, qui conteste même la décision devant les tribunaux. L’objectif est surtout financier : le nouveau médicament, l’Avastin, coûte jusqu’à 80 fois moins cher que celui qu’il remplacerait, le Lucentis.

En Belgique, la ministre de la santé publique Maggie De Block (OpenVLD) ne compte pas suivre la voie empruntée en France, mais « préfère négocier des réductions de prix substantielles des médicaments utilisés pour lutter contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Tant du côté de la ministre, de l’administration que du côté de l’industrie, la sécurité et l’accessibilité pour le patient priment dans ces négociations. Mais nous n’avons pas fixé d’échéance pour leur aboutissement ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs