Accueil Monde

Au Kurdistan turc, la guerre frappe au cœur des villes

Un cessez-le-feu en vigueur depuis deux ans et demi entre l’État turc et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a été rompu fin juillet. Chaque jour, des affrontements endeuillent le sud-est du pays. Dans les villes, face au pouvoir du président Erdogan et à l’échec d’une solution négociée, une génération de jeunes Kurdes se radicalise.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

J e n’arrive plus à pleurer », souffle Ilyas Gündüz, traits tirés et regard rougi, aux visiteurs qui l’enlacent puis se cherchent une place dans la salle funéraire. « Des cercueils arrivent chaque jour. Ils étaient tous mes frères. Je n’arrive plus à pleurer », répète le jeune homme alors qu’il enterre son cadet. Murat Gündüz, 20 ans, avait rejoint le PKK à la fin du lycée. « Il a combattu Daesh à Kobané, en Syrie, mais il est tombé ici, à dix kilomètres de chez lui. » Un imam récite une prière. Un avion de chasse perce le silence.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs