Accueil Sports Football

Possible départ de Defour: c’est la faute à la bêtise humaine

Deux ans après son arrivée à Anderlecht, Steven Defour ne sera jamais parvenu à se mettre tous les supporters dans sa poche.

Article réservé aux abonnés
Chef de service adjoint Sports et chef de la cellule foot Temps de lecture: 4 min

L’heure de la reprise a sonné en début de week-end dernier, mais, quoi qu’on en dise, c’est aussi – et encore – l’été. Les six semaines de préparation que se sont accordé les clubs de D1 n’ont débouché sur rien d’autre de concret que l’obligation de marquer le stop sur la ligne de départ, puis de rouler au pas jusqu’à la fin du mercato.

Le reste n’est que littérature, remise en route, peaufinage et invariable passage sur cette implacable balance universelle qui établit les équilibres. Grands et petits. Indispensables ou superflus. Précaires ou plus durables.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Jourquin Michel, mardi 2 août 2016, 10:37

    A l'annonce de son transfert à Anderlecht, je m'étais réjoui de l'arrivée d'un tel meneur de jeu comme il l'avait été au Standard. Or, il n'est jamais parvenu à retrouver ce niveau. Donc, je comprends la déception de certains supporters surtout que l'arrivée du nouvel entraineur lui est favorable. Qu'il aille et qu'il se fasse beaucoup de sous, je ne vais pas le pleurer.

  • Posté par Nicolay Jean-marie , lundi 1 août 2016, 17:11

    La Bêtise humaine est sans limite, d'accord. Mais le fric corrompt encore plus!

Aussi en Football

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs